Les homosexuels peuvent donner leur sang

Les homosexuels peuvent donner leur sang

C’est officiel, les hommes homosexuels peuvent donner leur sang, à condition de ne pas avoir eu de relations sexuelles depuis douze mois.

[Mise à jour 11/07/2016, 10h46] La décision d’ouvrir le don du sang aux hommes homosexuels, annoncée début novembre 2015 par Marisol Tourain, entre en vigueur lundi 11 juillet.

Jusqu’à présent déclarer son homosexualité, interdisait aux hommes de donner leur sang. L’exclusion permanente des dons du sang des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes avait été instituée en 1983 en raison des risques de transmission du sida. Mais Marisol Touraine s’était engagée dès 2012, conformément à la promesse faite par François Hollande avant la présidentielle, à lever cette discrimination, dans le respect absolu de la sécurité des receveurs. A l’issue d’un travail approfondi entre les autorités sanitaires et les associations de patients, elle avait annoncé, début novembre 2015, la fin de cette discrimination. « Donner son sang est un acte de générosité, de citoyenneté, qui ne peut être conditionné à une orientation sexuelle. Dans le respect de la sécurité absolue des patients, c’est aujourd’hui un tabou, une discrimination, qui sont levés », avait déclaré la ministre en présentant aux associations concernées les mesures destinées à mettre fin à cette exclusion. 

Pour garantir que l’ensemble des conditions de sécurité sont remplies, l’ouverture du don du sang aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes est prévue en plusieurs étapes.

Première étape (juillet 2016) : fin de l’exclusion définitive du don. A partir de cette date, le « don de sang total » – la forme de don la plus courante où toutes les composantes du sang (cellules et plasma) sont prélevées – sera ouvert aux hommes qui n’auront pas eu de relations homosexuelles depuis douze mois (même avec un rapport protégé), après un questionnaire et un entretien. Pour les dons de plasma (partie liquide du sang), le délai sera de 4 mois. Les hommes qui, au cours des 4 derniers mois, n’auront pas eu de relation sexuelle avec un homme ou auront eu un seul partenaire, pourront donc donner leur plasma grâce à la création d’une filière sécurisée où « il sera mis en quarantaine » pour s’assurer de son innocuité. 

Deuxième étape (environ 12 mois après) : la filière sécurisée par quarantaine pour le plasma, va permettre aux autorités sanitaires de bénéficier d’une étude « en vie réelle » sur les nouveaux donneurs. Si cette étude démontre qu’il n’y a pas de risque, les règles relatives au don des homosexuels seront rapprochées des règles générales. Si c’est le cas, l’ouverture totale du don se ferait donc en 2017. 

En mars 2015, Marisol Touraine avait annoncé que le questionnaire sur les habitudes et sur le mode de vie du donneur, préalable au don du sang serait modifié. Peu après en avril, elle avait soutenu un amendement au projet de loi santé contre l’exclusion des homosexuels du don du sang, lequel avait été voté à l’unanimité par l’Assemblée nationale et adopté par le Sénat. Les députés avaient stipulé que « nul ne peut être exclu du don de sang en raison de son orientation sexuelle ».

Lire aussi

Donner son sang : pourquoi pas vous

Ce dimanche aura lieu la Journée Mondiale des Donneurs de Sang. Chaque jour, 10 000 dons de sang sont nécessaires. Mais le don du sang, comment ça marche, et à quoi ça sert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *