Le Corbusier , quelles uvres sont classées au patrimoine mondial de l’Humanité

Le Corbusier , quelles uvres sont classées au patrimoine mondial de l'Humanité

L’annonce a été faite hier, dimanche 17 juillet : 17 uvres de Le Corbusier, sur une cinquantaine, entrent au patrimoine mondial de l’Humanité, plus de 50 ans après la mort de l’artiste touche-à-tout.

Celui qui plaçait « la figure humaine au sommet » en ce qui concerne les arts rentre aujourd’hui au patrimoine mondial de l’Humanité. A travers 17 sites, construits sur quatre continents et dans sept pays, une partie de l’héritage laissé par l’architecte, urbaniste, peintre et sculpteur franco-suisse Charles-Edouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier, prend une nouvelle ampleur et va avoir le droit à un plan de valorisation, sous la coupe de l’Unesco. Après deux refus, en 2004 et 2011, le dossier de l’architecte visionnaire a cette fois-ci été validé par l’institution, offrant un nouvel éclairage à l »uvre de ce monstre sacré de l’architecture. « L »uvre de Le Corbusier est une contribution majeure au Mouvement moderne, écrit l’Office fédéral de la culture suisse. Entre 1910 et 1960, ce courant novateur déclenche un débat à l’échelle mondiale sur le rôle de l’architecture. Il est également à l’origine d’un nouveau vocabulaire architectural, a modernisé les méthodes de construction et a cherché à répondre aux besoins de la société moderne, partout dans le monde. »

La France, grande privilégiée

Sur les 17 sites retenus, la France en compte dix. Pas étonnant, quand on sait que Le Corbusier a beaucoup travaillé dans l’Hexagone. Ici, comme ailleurs, il n’aura pas fait l’unanimité, notamment concernant ses projets les plus imposants ; des « cités verticales » ou des « barres » comme on voit à Marseille, à Rezé ou à Firminy. Des lieux pensés à l’époque pour faire vivre en cohésion la population et répondre au besoin démographique.

En parallèle de cette annonce, l’Unesco a également signalé l’inscription de trois autres sites au patrimoine mondial : le chantier naval d’Antigua et sites archéologiques associés (Antigua-et-Barbuda), l’ensemble moderne de Pampulha (Brésil) et le parc national de Khangchendzonga (Inde).

Liste des 17 uvres classées au patrimoine mondial de l’Unesco

– Les maisons de la Weissenhof-Siedlung au sein d’un lotissement pour travailleurs, à Stuttgart (1927)

– La maison du Docteur Curutchet, à La Plata, près de Buenos Aires (1949)

– La maison Guiette, à Anvers (1926)

– Les Maisons La Roche et Jeanneret, à Paris (1923)

– La Cité Frugès, à Pessac, près de Bordeaux, sud-ouest de la France (1924)

– La Villa Savoye et loge du jardinier, à Poissy en région parisienne (1928)

– L’immeuble locatif à la Porte Molitor, à Boulogne-Billancourt, en région parisienne (1931)

– La Cité radieuse, unité d’habitation à Marseille, sud de la France (1945)

– La manufacture Claude et Duval à Saint-Dié-des-Vosges, dans l’est de la France (1946)

– La chapelle Notre-Dame-du-Haut, à Ronchamp, près de Belfort, dans l’est de la France (1950)

– Le cabanon de Le Corbusier, à Roquebrune-Cap-Martin sur la Côte d’Azur (1951)

– Le couvent Sainte-Marie-de-la-Tourette, à Éveux au nord de Lyon (1953)

– La maison de la Culture au sein du quartier de Firminy-Vert, 2e plus grand site de l’architecte après Chandigarh, proche de Saint-Etienne, dans le centre-est de la France (1953)

– Le complexe du Capitole, à Chandigarh, à 250 km au nord de New Delhi (1952)

– Le musée national des Beaux-Arts de l’Occident, à Tokyo (1955)

– La petite villa au bord du lac Léman (1923)

– L’immeuble Clarté à Genève (1930)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *