La capote connectée qui fait des stats sur ta teub une fausse bonne idée ‘

La capote connectée qui fait des stats sur ta teub une fausse bonne idée '

Le futur du sexe est-il dans la technologie

On connaissait déjà le porno en réalité virtuelle avec option olfactive, on connaissait déjà les sextoys connectés, il n’était plus qu’une question de temps pour qu’on voit apparaître un préservatif relié à nos smartphones.

C’est maintenant chose faite : cette capote d’un nouveau genre nous vient de la société British Condoms et porte le doux nom d’i.Con. Elle mesure et enregistre tout un tas de données sur vos performances sexuelles.

Cette petite merveille technologique (relayée par Forbes) interroge sur notre rapport au sexe et aux statistiques.

Quels sont les services proposés par ce préservatif connecté

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, i.Con n’est pas vraiment une capote (désolée).

Il s’agit en fait d’un anneau qui se pose à la base du pénis, sur une capote tout à fait banale. Cet anneau est réutilisable et le site officiel précise qu’il est « très confortable, résistant à l’eau et léger à porter ».

Le seul visuel existant pour le moment

i.Con n’est pas encore en vente et devrait être disponible courant 2017. Il est annoncé au prix de 59.99£, soit un peu moins de 70′.

Le dispositif se recharge via un port micro-USB et son autonomie oscille entre 6 et 8 heures. Il comporte une nano-puce et des capteurs pour mesurer tout un tas de données fascinantes parmi lesquelles :

La vitesse des va-et-vient
Le nombre total de va-et-vient
La durée du rapport
Les positions pratiquées (c’est encore en test)
La fréquence de rapports sexuels
La circonférence du pénis
La température de la peau
Le nombre de calories perdues durant l’acte

Le tout est relié par Bluetooth à une application sur votre smartphone qui va enregistrer les informations vous concernant. Ces renseignements resteront anonyme mais il sera possible de les partager avec qui l’on veut.

Il sera même possible d’accéder à des statistiques pour se comparer (anonymement) aux utilisateurs du monde entier. Et c’est peut être là que ça coince’

Le préservatif connecté, nouvel outil pour complexer

Étant une personne assez détendue du slip, j’ai trouvé ça d’abord assez intriguant de vouloir compiler des données sur ses performances intimes. Quel est le but Et si l’appli se faisait pirater, livrant nos statistiques au monde entier

Au-delà de ça, j’ai peur qu’i.Con soit un outil de plus dans la course à la performance, au détriment de la détente, du plaisir, de la décontraction.

Qu’on finisse par comparer ses chiffres de façon pas très saine, comme un concours de bites à l’échelle mondiale.

Comme avec toutes les technologies, le problème n’est pas son existence mais bel et bien ce que nous en faisons. Après tout, pourquoi ne pas faire des statistiques sur notre vie sexuelle si ça nous chante

Finalement, i.Con c’est un peu comme ces bracelets connectés qui comptent le nombre de pas effectués dans une journée : c’est pas mon truc, mais ça plaît  plein de monde.

Il peut être amusant, voire instructif d’engranger des données sur notre vie sexuelle. Ça peut même faire tomber quelques clichés, qui sait !

Il y a quelques mois, je parlais de ces gens qui résolvent des problèmes sexuels tout à fait ridicule grâce aux mathématiques : c’est inutile, mais c’est marrant. i.Con, c’est peut-être un peu pareil’

Bien entendu, cette invention a des limites, à commencer par le fait qu’elle ne semble convenir qu’aux actes de pénétrations avec un pénis. Pourtant, le sexe ne se limite pas qu’à ça.

Mais au final, l’i.Con, c’est un peu comme tout : il faut l’utiliser uniquement si on a envie et que notre partenaire est d’accord. C’est aussi simple que ça.

À lire aussi : Le sextoy connecté à un livre érotique, pour vous palucher sans les mains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *