Actualité , Allergies chez l’enfant , sucer son pouce peut réduire les risques

Actualité , Allergies chez l'enfant , sucer son pouce peut réduire les risques

Ce sont deux mauvaises habitudes que les parents guettent chez leurs enfants. Et pourtant, ceux qui sucent leur pouce ou rongent leurs ongles seraient moins susceptibles de développer des sensibilités allergiques, selon des chercheurs de Dunedin School of Medicine (Nouvelle-Zélande). Leur étude affirme que les enfants peuvent ainsi éviter des allergies aux acariens, à l’herbe, aux chats et chiens, aux chevaux ou encore aux champignons. Les chercheurs voulaient en effet savoir si ces habitudes courantes durant l’enfance « éduquent » mieux le système immunitaire en favorisant l’exposition aux microbes.

« Nos résultats sont cohérents avec la théorie selon laquelle l’exposition précoce à la saleté ou les germes réduit le risque de développer des allergies, a déclaré Malcolm Sears, l’un des principaux chercheurs de l’étude, publiée dans la revue Pediatrics. Bien que nous ne recommandons pas d’encourager ces habitudes, il semble y avoir un côté positif ». Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont guetté ces habitudes dans une cohorte de plus de 1000 enfants à 5 ans, 7 ans, 9 ans et 11 ans : 31 % d’entre eux suçaient leur pouce ou se rongeaient les ongles très fréquemment.

Des bénéfices qui ne diminuent pas avec l’âge

Leur sensibilisation à des allergies a ensuite été testée via des tests de peau (des allergènes sont déposés sur le bras) à 13 ans et 32 ans. Les résultats ont montré que parmi tous les enfants de l’âge de 13 ans, 45 % ont montré une sensibilisation atopique. Mais parmi ceux qui montraient l’une de ces habitudes, seulement 40 % avaient des allergies. Un chiffre qui descend à 31 % chez les enfants qui conjuguaient ces deux habitudes. Une tendance qui a été soutenue à l’âge adulte, et ce peu importe s’ils étaient exposés à de la fumée de cigarette ou à des acariens ou s’ils possédaient un chat ou un chien. 

Toutefois, les chercheurs n’ont pas trouvé d’associations entre ces deux habitudes et le développement de deux des allergies les plus courantes : l’asthme ou du rhume des foins. Reste que sucer son pouce demeure déconseillé en raison des conséquences que cela entraîne sur le développement de la mâchoire (déséquilibrée) et des dents (anormalement poussées vers l’avant), ainsi que sur la déglutition, car la langue adopte une position incorrecte. Un constat qui s’applique également avec une succion prolongée de la tétine ou du biberon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *