Actualité , Alimentation des moins de 3 ans , il y a encore des contaminants à surveiller

Actualité , Alimentation des moins de 3 ans , il y a encore des contaminants à surveiller

Les enfants de moins de trois ans représentent une population sensible, d’où l’importance d’être extrêmement vigilant en ce qui concerne leur alimentation. Les recommandations sont de pas diversifier avant l’âge de six mois, et de varier le régime alimentaire et les sources d’approvisionnement.

9 substances à surveiller de prèsL’arsenic inorganique : il est principalement apporté par le riz et les céréales infantiles à base de riz. Le règlement (UE) n°2015/2016, en vigueur depuis le 1er janvier dernier, fixe des teneur maximales d’arsenic inorganique.Le plomb : on le retrouve principaleemnt dans les légumes et l’eau. Les champignons de Paris peuvent être riches en plomb. Il est donc préférable de ne pas en donner trop souvent aux jeunes enfants. Préférer également pour eux, une eau peu minéralisée plutôt que l’eau du robinet. Le nickel se retrouve dans les produit à base de chocolat. Il est facile de les éviter !  Les PCB, PCDD/F : on les a dans le poisson, le lait. Sur les deux portions de poisson recommandées par semaine, il n’en faut qu’une de poisson gras comme le saumon, la sardine, le maquereau, le hareng, la truite fumée… Et il faut varier les espèces de poisson et les lieux d’approvisionnement (sauvage, élevage, lieux de pêche…).Les mycotoxines et l’acrylamide : se trouvent dans les boissons lactées à base de céréales, les pots de fruits et de légumes avec ou sans viande, les biscuits salés/sucrés, le pain. L’Anses recommande de poursuivre les efforts pour limiter les niveaux de contamination.  Le furane : cette substance est présente dans les aliments conditionnés sous forme de pot ou en conerve.  Il faut donc optimiser les procédés de fabrication !D’autres substances touchent peu d’enfants

Certains enfants sont plus exposés que d’autres à certaines substances comme, par exemple, le strontium, à cause d’une eau minérale contenant une concentration élevée de strontium. Il est important de rappeler que les biberons doivent se préparer avec une eau fiablement minéralisée.

Une exposition au méthylmercure est, quant à elle, due à une trop grande consommations de poissons prédateurs sauvages comme la lotte, le loup, le bar, la bonite, le flétan, la raie, le thon…

La génistéine se retrouve chez les enfants qui consomment beaucoup de produits à base de soja. L’Anses rappelle qu’il faut limiter leur consommation chez les moins de trois ans, notamment des jus à base de soja.

A lire aussi : Alimentation : faut-il préférer le bio pour nos enfants »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *